TEXTILE AND TRAVEL

Un voyage à travers les savoirs-faire textile en Asie du Sud Est il y a quelques années, et aujourd'hui, une grande envie de découvrir le "made in pas trop loin de chez moi" .

 

Passionnée de textile, j'ai choisi d'en faire mon métier il y'a quelques années maintenant, en devenant Styliste et Graphiste. Après un début de carrière entre Paris, Bruxelles et NYC,  j'ai eu l'envie de réaliser un vieux rêve qui tournait en boucle dans ma tête depuis quelques années : partir me découvrir sur un autre continent et partir re découvrir mon métier au contact d'une autre culture.

 

Voyager est une passion, virus que mes parents journalistes ont su me transmettre, je ne me souviens pas avoir jamais goûté un plat typiquement français à la maison, mais plutôt des saveurs du monde entier.

Pourquoi choisit-on une destination plutôt qu'une autre? j'ai plutôt tendance à croire que c'est l'Asie du Sud Est qui m'a choisie. En dehors de la richesse artisanales que j'allais pouvoir trouver là bas, je m'y suis toujours sentie "comme à la maison". 

J'ai donc quitté Paris en mai 2014, pour arriver à Udon Thani, ville moyenne du nord Est de la Thailande, en tant qu'enseignante en design de mode. C'est à partir de ce petit cocon que j'ai commencé à tisser des liens avec des artisans dans tout le pays. Parallèlement, Je travaillais sur un projet de création d'accessoires textile avec l'association "Artisans du Monde" (Paris) et "Thai Tribal Crafts", association équitable, basée à Chiang Mai. J'ai eu la chance de pouvoir faire le lien entre la France et la Thailande, et d'adapter ma manière de travailler à la culture thai. Cette expérience m'a donné envie de m'impliquer encore d'avantage dans un projet artisanal, c'est pour cela que j'ai décidé de passer mes derniers mois en Asie chez Ock Pop Tock, entreprise sociale et solidaire, implantée à Luang Prabang au Laos.

Les solutions pour préserver l'artisanats textile sont nombreuses et variées; à travers l'éducation de la jeune génération, de la recherche pour améliorer les conditions de travail ou encore des structures permettant aux ethnies de vendre leurs produits.... 

Ces initiatives s'appuient sur deux socles très importants à mon sens:

  • Les Thailandais comme les Laotiens sont fiers de leur culture, ils la vivent au quotidien, même si le rêve de l'occident prend de plus en plus de place, il n'est pas rare de croiser des costumes traditionnels.

  • Ces savoir-faire se transmettent de génération en génération, c'est une vraie force, qui nous donne la chance aujourd'hui, d'encore apprécier ses beautés dans un "quotidien" et non dans un musée.

Vivre dans un environnement 100% local a été une chance incroyable pour moi, j'ai dû réapprendre à manger, parler, gérer mes émotions, vivre! Cette expérience a été fabuleuse, personnellement et professionnellement. 

En 2016 je décide de prendre le chemin du retour, une nouvelle aventure s'annonce au pays basque, où un poste m'attend chez Decathlon. D'une autre manière, je pense avoir mon rôle à jouer dans une grande entreprise, où les enjeux environnementaux sont grands.

Je crois profondément en un monde plus équitable et durable, et pour moi, cela passe aussi par un vrai changement de nos mode de consommation. A l'heure ou le textile est la deuxième industrie la plus polluante, il est temps de donner de lui donner une nouvelle vie. En tant qu'actrice de cette industrie, j'ai ma part de responsabilité et un rôle à jouer, apprenons à créer et produire différemment.

 

"La sagesse consiste à avoir des rêves assez grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit"


Oscar Wilde